Les larmes de la petite maison…ou l’histoire vraie de la série mondialement connue!

Tout le monde connaît son générique, ses personnages, et pourtant…
Un chariot bâché, une autre époque…
Un couple heureux, souriant, un générique reconnaissable, facile à fredonner, une course dans les herbes folles et fleuries, une chute et l’entrée dans Walnut Grove… Cela vous rappelle quelques chose ? Oui, c’est bien la série aux 205 épisodes et au succès mondial : “La petite maison dans la prairie” !

Tournée entre 1974 et 1983, la série télévisée raconte l’histoire et les péripéties de la famille Ingalls, des pionniers américains du 19ème siècle.

S’appuyant sur les valeurs familiales, les Ingalls surmontent les problèmes rencontrés avec philosophie et restent, malgré l’adversité, toujours heureux et soudés, à l’image de la petite communauté de Walnut Grove, au Minnesota.

Ce joyeux cliché est pourtant bien loin de la vie des pionniers américains du 19ème siècle et du récit original qui a inspiré Michael Landon, le créateur de la série télé, et acteur dans le rôle du père de famille, Charles Ingalls. 

Car à l’origine, il y a bien une histoire, un roman intitulé “La petite maison dans la prairie”.

Ce récit fait partie d’une série autobiographique écrit par Laura Ingalls Wilder.

Dans la première version qu’elle présentera aux éditeurs, la vie qu’elle y décrit sera jugée trop “dure”, trop éloignée des principes moraux Chrétiens, et trop violente. Témoigner d’une époque, d’une vie, c’est bien, mais dans les années trente, les récits de style “Grands reporters” ou “Reporters de guerre” n’ont pas bonne presse. Ce que le public veut c’est magnifier l’époque de la conquête de l’ouest, désormais élevé au stade du mythe au même titre que la guerre d’Indépendance.

C’est donc une version édulcorée, presque enfantine qui sera publiée et qui connaîtra un immense succès, surtout auprès de la jeunesse.

Huit tomes seront écrits. Laura Ingalls y dépeint sa vie, depuis sa plus tendre enfance jusqu’à son mariage.

Elle occultera donc les passages les plus sombres et les plus douloureux de sa vie, comme le décès d’un de ses petits frères, ou la pauvreté de ces parents, obligés de voler pour nourrir leur famille, l’appropriation illégale de terres indiennes, le décès de son propre fils, les difficultés financières, la perte de sa maison dans un incendie…

En ressortira un roman plus tout à fait autobiographique, mais inspirant, car joyeusement heureux, même devant les difficultés, dans cette nature généreuse et abondante, où souffle l’esprit d’entraide communautaire de la petite ville naissante de Walnut Grove…

Laura Ingalls Wilder décèdera en 1957, à l’âge de 90 ans, encore un peu tourmentée par certaines rumeurs attribuant la paternité des romans à sa fille, Rose Wilder Lane.

Si Laura Ingalls voulait y exorciser ses démons en racontant ce qu’elle a vécu et vu, qu’aurait-elle pensé de l’engouement télévisé qui allait suivre ?

L’apreté du temps besogneux où la survie n’était quelquefois que l’unique but dans un environnement hostile et sauvage, laissait place à une comédie d’une confiance aveugle dans l’établissement des générations futures, architectes d’une Amérique bénie des Dieux de l’abondance et du bonheur.

C’est de ce récit que s’inspirera Michael Landon pour créer la série un peu cucul, un peu “bibliothèque rose” au vu de la réalité historique, mais tellement rassurante qu’elle se laisse regarder comme l’on savoure un bonbon au caramel, ou de fondantes langues de chat…


Découvrez notre Nouvelle Dreaming in the Rain !
Une auberge aux charmes bucoliques, un chêne majestueux, un musicien célèbre et riche…et le papier-peint de la réalité tombe sous l’averse d’une nuit d’orage.


Une recette enfantine, aussi bien en tendres souvenirs que dans sa réalisation. A déguster devant un épisode de “La petite maison dans la prairie”…

Langues de Chat

Pour une vingtaine de Langues de Chat
Préparation : 15mn
Cuisson : 5 mn


Ingrédients 

60 gr de farine
60 gr de beurre
60 gr de sucre en poudre
1 oeuf
Extrait de Vanille

Réalisation

Préchauffez votre four à 200°c.
Dans un récipient, travaillez votre beurre en pommade, puis incorporez le sucre, et quelques gouttes d’extrait de Vanille. 
Ajoutez l’œuf en continuant de mélanger. Versez la farine et mélanger avec un fouet jusqu’à obtenir une crème bien lisse.

A l’aide d’une poche à douille, dressez des petits “boudins” de pâte bien espacés sur une plaques recouverte de papier sulfurisé.

Enfournez pour 5 minutes environ.
Les langues de Chat doivent être légèrement dorées.

Vous pouvez remplacer la vanille par de l’extrait d’orange.

N’hésitez pas à saupoudrer les Langues de Chat de sucre glace.

Bon appétit !

Testez et Envoyez-nous vos photos!
BON APPETIT !!!



Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s